La gestion de la douleur dans le monde

Au cas où le tourment des cadres serait devenu un besoin de bien-être pour les nations du Nord, s’agit-il en fait d’un besoin de créer des nations ou de nations harcelées par des affrontements ou des événements cataclysmiques ?

Dans ces nations où tout doit être fait ou refait, le tourment des dirigeants peut ne pas apparaître, au dire de tous, comme un besoin de bien-être général. Les facteurs réels sur le terrain rendent plus sérieuse et plus impérative la prise en charge des besoins de bien-être cruciaux ou essentiels : inoculation, nourriture, croisade de données sur le sida, prélèvement, désinfection, production de puits pour l’eau… Quoi qu’il en soit, socialement et indépendamment, l’agonie peut être paralysante au point d’empêcher ou de prévenir tout exercice spécialisé, agraire et compétent pour la victime. Elle peut être extraordinaire à tel point qu’elle laisse des cicatrices permanentes. Elle se transforme en une source supplémentaire d’interdiction dans des populations qui se trouvent actuellement dans une situation douteuse.

En septembre 2008, l’OMS a évalué qu’environ 80 % de la population totale n’avait pas accès ou avait un accès insuffisant à un traitement pour une agonie modérée à grave. En permanence, 24,6 millions d’individus créent une croissance maligne et 7 millions en font les frais. La plupart de ces patients vivent dans des pays à bas et moyen salaires. En 2020, ces chiffres seront multipliés par deux et 70 % d’entre eux se produiront dans des pays en croissance ou en création. 70 % subissent les effets néfastes des tourments provoqués par leur maladie ou leur traitement. Alors que les pays en voie de création s’adressent à plus de 80 % de la population totale, ils ne représentent que 6 % de l’utilisation mondiale de morphine (rapport de l’OICS de 2004).

L’ONUSIDA estime que 32 millions d’individus transmettent l’infection au VIH, 4,1 millions sont contaminés chaque année et 3 millions en sont porteurs. L’idée infectieuse de cette contamination, sa transmission et sa misérable supposition à long terme malgré les traitements ont, en tout cas, alimenté cette crainte qui condamne très régulièrement les patients à vivre étonnamment bien avec leur maladie, les rendant pour ainsi dire interdits. Le trou “nord-sud” s’agrandit : 99% des patients sont au sud et reçoivent 1% des médicaments, 1% sont au nord et reçoivent 99% du triple traitement. Pour ces nombreux patients, 60 à 100 % auront des rencontres difficiles pendant toute la durée de la maladie et cette considération n’est pas donnée sur une base équivalente. La moitié aura un traitement déficient et 30 % n’auront aucun traitement du tout.

De plus, si l’on considère l’ensemble des tourments constants, et si l’on considère une faible proportion d’environ 5 % de la population, 250 millions d’individus sont influencés dans les nations immatures ou en voie de création.

Il n’y a pas les tourments du dessus, ceux qui vont avec une véritable pathologie qui influence l’avenir (maladies, VIH, etc.) et les tourments du dessous, ceux qui ne sont pas honorables : les tourments du cœur. En règle générale, le tourment n’est pas thérapeutiquement juste.

– Le tourment neuropathique chez les jeunes mal nourris est l’un des segments du résultat de la malsaine : un développement et une amélioration entravés.

– Ceux des victimes de la drépanocytose, en particulier les jeunes, pour qui les gardiens sont absolument démoralisés et séparés du “baiser enchanteur” ou du “bonbon miracle”…

– Dans ces nations où la malignité n’a pas de caution thérapeutique (excision, chimiothérapie, radiothérapie ou traitement hormonal), la satisfaction personnelle et ainsi le tourment des cadres se transforment en besoin. La compréhension de la croissance maligne du Sud revient sans traitement correctif et sans tourmenter les cadres. Il s’enlèvera la vie dans les conditions que nous envisageons, ses enfants, sa famille se souviendront de lui… des suites indélébiles seront gravées dans les mémoires de tous.

– Sur le plan individuel, un amputé d’un appendice inférieur qui n’a pas été muni de supports ne peut pas, à ce stade, satisfaire les besoins alimentaires quotidiens de lui-même et de sa famille. Dans 30 % des cas, l’agonie ruine ou même empêche la mise en place d’une machine. Une fois le supplice surmonté, la prothèse peut être mise en place, comme tous les signaux de la vie quotidienne : développer les récoltes dans la rizière, faire du vélo…

– Les calamités naturelles sont dans tous les cas une source de misère, ce tourment qui n’est pas vraiment naturel, cette endurance du corps qui va changer toutes les associations avec les autres va attaquer la vie de tous les jours au point de n’être que le quotidien. Les enfants sont avant tout, mais pas seulement, les personnes en question. Ces souffrances communiqueront : énurésie, force, isolement, problèmes d’alimentation ou éventuellement de comportement, retard scolaire, accès de folie, trouble du sommeil…

– La douleur peut être mortelle. La consommation provoque une agonie extraordinaire qui empêche la dissuasion et la peau de se joindre. Dans les pays du Sud, les consommations sont militaires, les lampes à huile sont souvent les méthodes d’éclairage ; renversés par un jeune qui court ou joue : ils feront de véritables consommations. Les vêtements ne sont pas changés à cause d’une grave agonie. Les patients sont souillés et mordent la poussière.

– Dans les circonstances de crise, mais aussi dans les circonstances “froides”, l’agonie post-utilisation n’est qu’un “effet de garantie”… Il faut épargner : travailler, exciser, couper, évacuer, fixer, suturer… puis passer à la suivante… Et il n’y a pas d’analgésiques, donc…

– Peu de choses ont été accomplies pour les patients souffrant de tourments post-zona, de rhumatologie insoumise, de douleurs cérébrales incessantes, d’algodystrophie après une blessure typique, de “sciatique répétitive”, de névralgie cervico-brachiale invalidante, de tourments de paraplégie, de céphalées rebelles, de névralgie du trijumeau… Les nations sans défense ne sont pas solides.

Ces modèles sont à la fois dans un domaine d’intérêt de compréhension toujours plus grand, et dans une extension des problèmes : car, ce n’est pas parce qu’on a eu le “malheur” de se retrouver dans une prétendue nation “montante” qu’on est condamné à endurer.

L’accès insuffisant au traitement des tourments est à la fois vexant et impardonnable.

En 1961, le réseau mondial a reçu un accord pacifique – la Convention unique sur les stupéfiants – qui “a diffusé l’idée que les opiacés sont essentiels pour soulager la souffrance et la douleur” et a demandé aux nations de prendre les mesures essentielles pour garantir leur accessibilité à des fins cliniques. Aujourd’hui, après 52 ans, la garantie contenue dans cette entente reste en grande partie insatisfaite, surtout, mais pas seulement, dans les pays à bas et moyen salaires.

Les déceptions sont diverses et ont des causes différentes. Human Right Watch a découvert que de nombreuses cliniques médicales en Inde ne réservent pas la morphine car elles doivent obtenir diverses licences pour chaque demande. À Mexico, 9 cliniques médicales stockent de la morphine pour une ville de plus de 18 millions d’individus. La morphine n’est pas sur la liste des médicaments de base dans de nombreux pays : Arménie, Kenya, Namibie, Nigeria, Rwanda… Une étude de l’Union mondiale pour les soins palliatifs pour 69 nations d’Afrique, d’Asie et d’Amérique latine montre que 82% des experts en bien-être en Amérique latine et 71% en Asie n’ont reçu aucune préparation à l’utilisation des narcotiques. En Chine, les analgésiques de niveau III doivent être approuvés par des cliniques médicales spécifiques (celles qui ont le statut de niveau III). En 2004, les informations distribuées par l’Organe international de contrôle des stupéfiants montrent que six pays utilisent 79 % des solutions et de l’utilisation des stupéfiants, tandis que 120 autres pays n’utilisent presque pas de stupéfiants. Bien qu’il s’agisse d’un indicateur comme un autre, il montre la gravité de la situation. La frilosité, ou à tout le moins la crainte des prescripteurs, le souci de l’utilisation et du mauvais usage, et la conduite addictive ont incité la police à adopter une conduite autoritaire qui contrôle l’importation de ces articles, leur assemblage et leur diffusion, mais aussi leur solution. Les obstacles fondamentaux sont la préparation, le coût et les entraves légitimes.

Cependant, les médicaments pour le traiter sont raisonnables, protégés et puissants et, dans l’ensemble, faciles à contrôler. De plus, le droit mondial oblige les nations à rendre accessible une quantité suffisante de médicaments pour le traitement des tourments. Au cours des dernières années, l’OMS et l’OICS, l’organisme chargé d’observer l’utilisation des dispositifs de contrôle des sédatifs des Nations unies, ont aidé à maintes reprises les États à se souvenir de leur engagement.

Human Rights Watch dans “Kindly, don’t cause us to endure anymore…”. (Accès au traitement de la torture en tant que droit de l’homme, mars 2008) distingue évidemment les nombreuses explications derrière le trou colossal parmi les besoins et de manière flexible.

En vertu du droit mondial des droits de l’homme, les gouvernements s’engagent à réagir à une situation d’urgence importante en matière de bien-être général qui influence un grand nombre d’individus de manière constante. L’incapacité à rendre accessibles les médicaments de base ou à trouver un moyen de rendre accessibles les administrations des conseils et des soins palliatifs s’ajoutera à une atteinte au privilège du bien-être.

Un arrangement parmi d’autres : l’activité philanthropique ?

Douleurs Sans Frontières est la principale ONG qui se concentre sur la tourmente et la langueur. Elle a été créée en 1995 par cinq spécialistes responsables de structures de contrôle de la tourmente, qui s’étaient impliqués dans la médication utile. Le FSN est une ONG qualifiée CEE, perçue par l’OMS et d’utilité publique par le Conseil d’Etat français. Le FSN est essentiel pour faire avancer, diriger et développer toutes les activités axées sur la détermination, le traitement et le conseil des tourments dans les nations les plus opprimées.

Dans les pays où le FSN intervient (Angola, Arménie, Cambodge, Haïti, Maroc, Liban, Madagascar, Mozambique, Sénégal, Tunisie…), l’ONG prend soin non seulement de l’homme qui souffre, de la personne en question, mais aussi de tous ceux qui l’entourent par des programmes d’évitement, d’amélioration, de bien-être général et d’aide clinique et mentale aux victimes de la tourmente.

Destinations exactes : calmer le présent, préparer l’avenir.

Le FSN adopte une stratégie d’intercession élaborée et fait tout son possible pour communiquer ses capacités au personnel clinique des pays où l’affiliation est active. 60% de son plan financier est consacré à la préparation des exercices. Ses interventions sont coordonnées, sans remplacement, dans le cadre du bien-être et de la stratégie de bien-être des nations concernées,

Avancement en fonction des besoins de la nation : Depuis sa création en 1995, 65.000 patients ont été traités par le FSN et plus de 2.500 heures de préparation ont été données. Le mouvement clinique a d’abord été centré sur l’agonie provoquée par les enlèvements et les blessures physiques causées par les personnes qui tuent les mines, ce qui clarifie la décision des principales nations où DSF est intervenue (Angola, Cambodge, Mozambique). A ce moment, en accord avec les experts en bien-être des nations concernées, l’activité a été élargie et différents types d’agonie ont été traités : croissance maligne, SIDA, patients post-utilisation et consommés. Dans une phase ultérieure, le FSN s’est concentré sur la création de projets de traitement des tourments mentaux et moraux (survivants d’inondations, tremblements sismiques, endurance des handicapés et des personnes en difficulté dans les foyers de réinsertion, anticipation des tourments du SIDA).

Les programmes de prise en charge sont actualisés dans des dispensaires (Nevés Bendhina et dispensaire nomade en Angola), des rencontres ou des foyers de “tourments” (Luanda, Maputo, Port aux Princes, Phnom Penh, Erevan, Antananarivo), dans les trois habitats de prise en charge palliative du Cambodge, dans des cliniques médicales où des conseils ont été mis en place et ouverts, et dans des abris (Arménie).

En dépit de ces missions cliniques, un diplôme universitaire de haut niveau a été mis en place grâce à des concours avec les collèges concernés (Port aux Princes, Antananatarivo, Maputo, Luanda, Phnom Penh Rabat, Casablanca). L’activité de préparation consiste à préparer des entraîneurs, des spécialistes, des doublures, des kinésithérapeutes, des soignants médicaux, des spécialistes en orthopédie et des professionnels du bien-être. Elle est donnée en ressources cliniques et est autorisée par un avenant. Simultanément, une préparation de type “amitié” est donnée dans les cliniques d’urgence, les dispensaires et les conseils ouverts par la FSN et dans les camps d’évacuation.

Spécialistes bénévoles : Les missions du FSN sont effectuées par des experts en bien-être, des spécialistes, des scientifiques, des analystes et des accompagnateurs expérimentés qui consacrent un temps important au traitement des tourments. Ces spécialistes accomplissent leurs missions sur une base volontaire, à l’exception des missions de longue durée.

Tout le personnel de proximité à temps plein a été préparé dans la tourmente ; les cadres à la fois par des postes d’entrée de gamme d’un an en France et par une préparation pratique et hypothétique complétée par des missions en exil : spécialistes (rhumatologues, spécialistes du système nerveux, rééducateurs pratiques, anesthésistes de la considération concentrée, thérapeutes, pédiatres, jeunes spécialistes), spécialistes (neurochirurgiens, pédiatres, orthopédistes), assistants médicaux (représentant une autorité considérable en pédiatrie, propreté, victimologie), analystes, psychomotriciens. ..de France, du Portugal, du Brésil, de Belgique, du Canada et des Antilles.

Ces missions peuvent être longues : de 15 jours à 3 mois pour les experts. Chaque année, une vingtaine de missions sont effectuées, parlant à 20 à 30 “ostracisés” envoyés en mission pour le FSN.

Une des réponses appropriées, humble, mais pas seule. Car le médicament est un point d’énonciation culturel, même s’il dénote une combinaison, un accord mondial en développement selon lequel l’incapacité insensée à traiter les tourments qualifie le cadre clinique de pauvre, de pratique clinique incohérente, d’accès incohérent à l’esprit : autant d’éléments qui contredisent les privilèges cruciaux des hommes.

Les médicaments actuels rendent concevable la possibilité de libérer les individus de façon incomplète ou absolue de l’éloignement du tourment.

Des spécialistes bénévoles : Les missions du DFS sont accomplies par des experts du bien-être, des spécialistes, des scientifiques, des thérapeutes et des médecins expérimentés qui acquièrent une expérience pratique en tourmentant les cadres. Ces spécialistes accomplissent leurs missions de manière intentionnelle, en dehors des missions de longue durée.

Tout le personnel de proximité à temps plein a été préparé à tourmenter les cadres à la fois par des postes d’entrée de gamme d’un an en France et par une préparation terre à terre et hypothétique complétée par des missions d’ostracisme : spécialistes (rhumatologues, spécialistes du système nerveux, rééducateurs utilitaires, anesthésistes de la considération concentrée, thérapeutes, pédiatres, kinésithérapeutes), spécialistes (neurochirurgiens, pédiatres, orthopédistes), assistants médicaux (ayant une expérience pratique en pédiatrie, propreté, victimologie), cliniciens, psychomotriciens. ..de France, du Portugal, du Brésil, de Belgique, du Canada et des Antilles.

Ces missions peuvent être longues : de 15 jours à 3 mois pour les experts. Chaque année, une vingtaine de missions sont effectuées, parlant à 20 à 30 “exilés” envoyés en mission pour le FSN.

Une des réponses appropriées, discrète, mais pas seule. Car le médicament est un point d’énonciation culturel, mais qui dénote une union, un accord universel croissant selon lequel l’incapacité absurde à traiter les tourments qualifie le cadre clinique de pauvre, de pratique clinique incohérente, d’accès incohérent à l’esprit : autant d’éléments qui s’opposent aux privilèges essentiels des hommes.

Les médicaments actuels rendent concevable une libération incomplète ou absolue de l’individu à distance du tourment. Seule l’idée d’intégralité perçue aux droits de l’homme permettra, à partir de la seconde où un but est lancé un vote dans cette âme par tous les Etats, de le consigner dans la loi comme le suggère l’article 29 paragraphe 2 de la Déclaration universelle des droits de l’homme. Aujourd’hui, le privilège de ne pas subir présente sur les pays une stratégie peu commune et gênante. Il consiste à mettre en place, à partir d’un parfait et en l’ajustant au monde réel, la relation avec le patient. Cette relation doit être établie dans le respect de la fierté de la personne et dans les limites des résultats concevables que les sciences nous donnent, sans jamais chercher à les dépasser.


0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Formations Elixir © 2019 - Tous droits réservés - CGV visio formation - Mentions légales
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x