L’automne, saison de l’immunité en médecine chinoise

La médecine chinoise conventionnelle nous apprend que la période de chute est celle où l’invulnérabilité est particulièrement retrouvée. Des protections régulières renforcées pendant cette saison permettent au corps d’affronter plus facilement les hostilités tout au long de l’année ! Ceci est considérablement plus cohérent avec une meilleure opposition en hiver, une saison qui est une source de froid et de germes. Dans cet article, nous vous dévoilerons les établissements d’idée chinoise identifiés à la saison d’automne. Nous vous donnerons alors quelques conseils pour permettre à votre corps de se doter d’atouts pour passer un hiver aussi protégé qu’on pourrait le penser dans ces circonstances.

Un médicament dépendant des saisons

La cadence de la nature

Ce médicament bien établi entraîne que des rythmes réguliers conditionnent ce qui vit sur terre. Le cycle le plus caractéristique est la musicalité des saisons :

– au printemps : la nature s’agite, les plantes se développent et créent.

– en été : la nature s’épanouit, les créatures s’accouplent

– en pré-hiver : les feuilles tombent, les plantes font des graines

– en hiver : c’est une période de torpeur et d’hibernation

Il est évident que les hommes ne s’éloignent pas de ces rythmes occasionnels. L’humanité tente de mettre en place des choses pour se débarrasser des effets de la nature, mais nous le sentons :

– au printemps : notre corps commence à bouger, nous avons besoin de nouvelles choses…

– au milieu de l’année, on a envie d’être dehors et en contact avec les autres

– en pré-hiver, la baisse d’énergie se fait sentir et affecte l’assurance.

– en hiver, il faut prévoir

Les saisons, un art de vivre

Le début de l’ancien contenu du médicament chinois appelé Su Wen (qui remonte à 3000 avant JC), précise que le principal pilier du bien-être est de “respecter le rythme des saisons et d’avoir des besoins fondamentaux”. Pour cette façon de penser, être en accord avec le rythme des saisons est une condition impérative pour vivre en bonne santé et s’épanouir en tant que personne.

Aujourd’hui, nous redécouvrons ces statuts de bon jugement avec le développement de l’alimentation de proximité et occasionnelle. En tout cas, ces suggestions ne sont pas faites pour des raisons naturelles ou budgétaires. Les anciens Chinois pensaient que la nourriture consommée localement et en saison était beaucoup plus riche en énergie que celle qui avait voyagé. Ces angles ont été approuvés par les présents examens : lorsque l’on considère le taux de développement et la nouveauté d’un aliment, il est nettement plus fascinant pour la santé.

Le virtuose de l’idée chinoise

Cependant, pour les Chinois, la cadence occasionnelle n’est pas limitée à la nourriture. C’est la solidité générale de la vie qui est affectée par le schéma des saisons. Par exemple, il se lève tôt et s’endort tard en été, il se lève tard et se met au lit dès l’hiver. C’est typique, car en hiver, c’est l’heure de l’hibernation, alors que le repos devrait être le plus long.

Autre modèle : au printemps, c’est le moment où la nature s’éveille. En effet, c’est à ce moment que l’homme doit suivre cette évolution, c’est-à-dire s’échapper de la maison et commencer de nouvelles choses.

Ces derniers temps, nous étions dans le vrai, certains diraient qu’il suit essentiellement le modèle du soleil : dynamique pendant la journée et reposant le soir. Pourtant, le virtuose de cette idée chinoise est d’avoir fait les liens entre les saisons et les structures ou organes du corps. Chaque organe est identifié à une saison, comme s’il était le garant de la synchronisation de l’homme avec la terre et ses saisons.

Ce sont également ces connexions qui font de la médecine chinoise un véritable médicament préventif. Traiter un organe en fonction de sa saison, c’est lui permettre de donner le meilleur de lui-même tout au long de l’année.

Dans un article précédent, nous venons d’examiner la connexion entre le foie et le printemps, nous verrons ici la connexion entre l’automne et le cadre résistant.

L’automne dans la médecine chinoise

L’automne est une période de récolte, de stockage et de mise en réserve. Certains animaux font des réserves pour l’hiver. Mais c’est aussi le cas des plantes : elles fabriquent leurs graines qui seront conservées tout l’hiver pour donner des descendants au printemps suivant. La conservation peut se faire s’il y a dessèchement, car l’humidité les fait pourrir. Les plantes sont dépouillées de leurs ornements pour ne garder que l’essentiel : la graine qui donnera les descendants. Et pourquoi le bois est-il coupé en automne ? Pour qu’il soit plus vigoureux l’année suivante. Pour se soulager, il vaut mieux renaître…
Pour l’homme, les graines générées en automne sont importantes (légumineuses, fruits oléagineux, céréales) car elles lui permettent de survivre à l’hiver. En effet, les légumes et les fruits sont peu nombreux.
En décrivant simplement ces réalités de la nature, les Chinois ont déduit qu’il existe une analogie entre automne – sécheresse – conservation – récolte – écorchage. Si l’on pousse l’analogie plus loin, on aboutit aux notions d’inventaire (récolte), de lâcher prise, de tristesse et de séparation (dépouillement). Mais l’automne d’une année est aussi l’automne d’un jour (le soir) ou l’automne d’une vie.
Nous pourrions développer ici plusieurs pages, mais l’objectif est de vous présenter ce mécanisme de pensée. Pour la médecine chinoise, l’automne correspond à l’élément métal. Qui est l’énergie responsable de toutes les analogies décrites ci-dessus.
Et chez l’homme, le métal est transporté par les poumons et les intestins (et accessoirement, par la peau et la sphère ORL).

Les intestins et les poumons, base de l’immunité

Selon la médecine chinoise, les poumons et le gros intestin sont les deux organes qui constituent les défenses de l’organisme.
Pour l’intestin, cela est relativement facile à comprendre maintenant que la science a mis en lumière le rôle de la flore intestinale sur l’immunité. En effet, l’équilibre du microbiote intestinal est le principal facteur qui détermine notre capacité immunitaire. De plus, la physiologie chinoise indique que les intestins sont directement liés à la sphère ORL. Nous pouvons facilement comprendre cela à l’aide de deux exemples. Les coups de froid (fragilité immunitaire d’un point de vue occidental) affectent préférentiellement la sphère ORL. Deuxièmement, l’excès de produits laitiers (encrassement de l’intestin) provoque un mucus chronique dans le nez ou les sinus.
Concernant le rôle des poumons sur l’immunité, la médecine chinoise enseigne qu’ils sont les maîtres de la vitalité et de l’énergie. Tout le monde sait qu’une diminution globale de l’énergie rend l’organisme plus perméable aux infections. D’autre part, si l’on prend les exemples de l’intestin, le froid et le mucus affectent aussi principalement les poumons. Selon cette médecine, la respiration est un facteur essentiel pour que les défenses de l’organisme soient opérationnelles. Nous commençons à avoir des études statistiques qui prouvent les bienfaits des pratiques basées sur la respiration (yoga, qi gong, tai chi…) sur l’immunité.

Préparez votre résistance pour l’hiver

La propreté de la vie

Du point de vue des médicaments chinois, le renforcement de votre invulnérabilité en cas de chute est généralement de base : vous devez suivre la cadence de la période ! En fin de compte, c’est adopter un mode de vie solide identifié à l’énergie du métal.

Cela implique :

En ce qui concerne l’alimentation : brûler les aliments occasionnels (légumes, produits naturels oléagineux, céréales, châtaignes, agrumes…). Manger des aliments piquants, qui dynamisent le métal (ail, oignon, poireau, radis, fenouil, brocoli…) et comprennent des épices (thym, basilic, origan…).

En ce qui concerne les mouvements de la vie : se coucher avant, pour la plupart faire moins d’action, limiter les exercices en fin de journée (le moment métal de la journée), favoriser les exercices délicats (flânerie, contemplation, lecture…).

Sur le plan mental : profitez de cette période pour vous débarrasser de vos feuilles ! Triez, jetez, videz votre maison, vos relations. Mais aussi au niveau de votre identité interne : l’avant-hiver est une période décente, idéale pour faire le point sur la situation, abandonner et clarifier. Pour ne garder que l’essentiel. Pour suivre cette proposition d’automne, il est plus judicieux de recommencer le printemps qui l’accompagne. Les arbres sont plus écrasants après les avoir taillés en hiver…

Les problèmes de la période

Avec le mode de vie d’une grande partie d’entre nous, cette étape de l’automne ne va pas vraiment de soi :

– Les poumons et les organes digestifs pourraient être immergés par l’abondance accumulée au cours des premiers mois (nourriture, poisons, événements…). Ils doivent donc trouver le moyen de se remettre en état alors qu’ils sont coincés dans la boue. Dans ce cas, un nettoyage est indispensable pour qu’ils puissent faire leur travail correctement. C’est toute la raison de la désintoxication d’automne en septembre.

– Le fait de profiter de l’automne pour avoir la possibilité de récupérer sa résistance n’est pas en phase avec les rythmes exemplaires de la société. Mettre de côté l’effort de s’installer et de s’abstenir d’exercices nocturnes peut souvent être difficile. L’équivalent est de brûler des aliments occasionnels. L’évaluation de la situation, le tri et la coupure sont des activités qui se font de manière isolée et qui ne sont pas vraiment dans un état agréable à ce moment-là (même si l’on se sent grandement amélioré peu de temps après).

C’est la raison pour laquelle nous pouvons avoir besoin d’une assistance, une assistance pour stimuler et dynamiser nos deux organes responsables de notre résistance.

Des mains secourables communes

Il existe des améliorations alimentaires incalculables qui affectent la résistance. Difficile de choisir dans ces circonstances uniques. En raison des normes de la médication chinoise, il est concevable de cibler les plantes qui affecteront spécifiquement la récupération des gardiens réguliers à l’automne. En tant que tel, un support de sa composante métallique.

Nous vous proposons ici des choix raisonnables pour le meilleur nombre d’individus et qui sont protégés. En passant, faites allusion aux mesures de précaution figurant dans chaque fiche d’article pour les contre-indications explicites.

1/Probiotiques

Si par hasard il y a une période où les probiotiques sont montrés, c’est à l’automne. La prise d’un traitement de plusieurs semaines/multimois affecte favorablement la végétation intestinale et donc l’insensibilité. Nous avons caractérisé les différents probiotiques afin de choisir le probiotique le plus adapté.

2/ Les plantes

La nature est très faite : régulièrement les plantes ayant sur la parité de la verdure intestinale ont en plus des impacts sur les poumons et la résistance.

Nous énumérons ici certaines plantes qui sont tout à fait raisonnables pour l’énergie des métaux. La mention “signe unique” est un avantage supplémentaire qui vous aidera à choisir la plante la plus appropriée à vos besoins.

Vous pouvez choisir 1 ou 2 plantes et faire une fixation de 3 semaines/multi mois, en complément ou non d’un probiotique. Il existe des bâtiments qui incorporent quelques-unes de ces plantes : pour cette situation, tapez le nom de la plante dans le bar de chasse, les objets qui la contiennent apparaîtront.

Echinacée :

Nous suggérons le type concentré d’échinacée.

Signe particulier : à utiliser lorsque vous êtes enclin à des contaminations répétitives.

Eucaliptus :

A dévorer dans l’huile fondamentale d’eucalyptus 3D, c’est-à-dire affaiblie et impeccablement supportée.

Signe particulier : à utiliser lorsque vous êtes enclin à des liquides corporels dans le cadre respiratoire.

Astragale :

structure concentrée : l’astragale normalisé

Signe particulier : à utiliser pour renforcer l’énergie en temps de pression.

Aunée :

elle n’existe que dans la couleur mère de l’aunée.

Signe particulier : à utiliser en cas de répétition des fluides corporels et de besoin de revigorer l’absorption.

Thym :

Dans les thés naturels ou dans le concentré hydro-alcoolique de thym.

Signe particulier : à utiliser en cas de contaminations répétées et de besoin de revigorer l’absorption.

Enfin, il y a aussi la propolis qui s’intègre parfaitement dans la fortification de l’énergie du métal.


0 0 vote
Évaluation de l'article
Subscribe
Me notifier des
guest
0 Commentaires
Inline Feedbacks
View all comments
Formations Elixir © 2019 - Tous droits réservés - CGV visio formation - Mentions légales
0
Would love your thoughts, please comment.x
()
x